Trop souvent la cible de critiques infondées et de préjugés, le marché de l’art contemporain représente un secteur d’activité qui véhicule bon nombre d’idées reçues qui n’ont pas lieu d’être et s’avèrent même totalement injustifiées. Artalistic a décidé de démêler le vrai du faux et de s’attaquer aux fantasmes qui entourent un objet qui bénéficie d’une réputation aussi prestigieuse que sulfureuse!



Les idées reçues accolées au marché de l’art contemporain



1. Il est réservé aux riches

Si le marché de l’art représente de manière globale une aire économique brassant environ 60 milliards d’euros, il n’est pas forcément réservé à une élite aux moyens financiers évidents et considérables. S’intéresser par exemple à l’art contemporain n’a rien d’un sport de milliardaires, même s’il est vrai que certaines œuvres façonnées par les plus grands artistes se vendent pour des sommes très importantes et que votre tirelire domestique ne suffira pas pour acquérir un Bansky ou une création de Jeff Koons !

Pour autant, il faut savoir que la très grande majorité des acheteurs est composée de simples amateurs ne possédant que de faibles moyens. La plupart des collectionneurs sont des gens comme vous et moi, amateurs, curieux, et avec des budgets limités.

Le marché de l’art contemporain n’est pas une affaire de riches

Le marché de l’art contemporain fait ainsi la part belle aux artistes émergents très talentueux et encore méconnus qui proposent des compositions et des objets, peintures, dessins, photographies, éditions, sculptures à des tarifs accessibles, à partir de quelques centaines d’euros! Il y en a tant. Il est ainsi tout à fait possible d’acquérir une édition du célèbre plasticien japonais Murakami à un prix très abordable. Dans son essai L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique, l’un des philosophes de l’Ecole de Francfort, Walter Benjamin, disait que l’art est par nature reproductible. On acquiesce largement à cette thèse!



2. Il est interdit aux novices

De nombreuses personnes pensent à tort qu’il est nécessaire de parfaitement connaître le marché de l’art contemporain pour comprendre ses mécanismes et les maîtriser. Pas du tout! Se passionner pour l’art est avant tout une question de sensibilité et il convient de savoir laisser parler ses émotions, ses pensées, sa culture personnelle, sa mémoire ou ses envies afin de se laisser séduire et de se faire plaisir. Ne soyez donc pas timide et osez pousser les portes d’une galerie, d’un musée ou encore parcourir les pages de sites spécialisés sur le web, vous vous surprendrez vous-même!



3. Le marché de l’art contemporain est un milieu fermé et sclérosé

Autre préjugé notoire relatif au marché de l’art contemporain: c’est un domaine réservé à une élite et aux personnes affichant une certaine idée du snobisme. S’il est incontestablement à la portée d’une certaine classe sociale et intellectuelle, il l’est tout autant pour le plus grand nombre. La démocratisation de l’art est bien palpable, de nombreuses expositions fleurissent tout au long de l’année et acquérir une œuvre d’art peut s’avérer très simple! Universel et inclassable, l’art touche toutes les couches de la population, son monopole n’est donc pas réservé à une élite.



4. Les œuvres coûtent trop cher

Dans le même ordre d’idée, la sempiternelle phrase «L’art, c’est trop cher pour moi», semble vraiment infondée. Les grands noms et artistes mondialement connus ne représentent que tout au plus 1 % du marché de l’art mondial! La plupart des œuvres se négocient sous la barre des 3 000 euros. Sachez en outre que 90% des artistes ne vivent pas de leur art, mais de leur passion… Tout le monde ne s’appelle pas Damien Hirst!



5. Il faut habiter une grande ville ou une métropole pour apprécier

Il serait impossible de s’intéresser à l’art et à son marché si l’on n’habite pas Paris, Londres ou New York. Là encore, les idées préconçues sont balayées d’un revers de la main tant les opportunités de se familiariser avec un milieu unique en son genre sont considérables.

Accessible depuis partout

Il existe premièrement de nombreuses galeries d’art dans toutes les grandes villes du monde. Il est ensuite très aisé de se renseigner et d’acheter une œuvre d’art en ligne grâce aux nouvelles technologies de communication. Vous le savez depuis longtemps, vous qui fréquentez assidûment le site Artalistic!



6. Cela sert uniquement à gagner de l’argent

Le marché de l’art, notamment contemporain, n’a pas pour unique et principale visée de faire de l’argent. Certes, la monnaie dirige le monde mais ne reflète pas l’esprit d’un milieu de passionnés. Beaucoup de galeries sont dirigées par des personnes qui ont bien souvent du mal à joindre les deux bouts. Quant aux artistes, nous l’avons déjà évoqué, leur statut reste précaire, excepté celui des grandes figures et célébrités, qui ne sont donc pas si nombreuses. L’amour de l’art est bien plus prégnant que celui de l’argent. C’est un choix de vie pour nombre d’entre eux.



7. Tout le monde peut s’y mettre!

L’art contemporain, c’est de l’esbrouffe, c’est facile, tout le monde peut le faire et cela vaut une fortune! Et bien, si c’est si facile, les personnes tenant ces propos n’ont plus qu’à s’y mettre! Cette idée très répandue, forcément trop simple, dénote une totale méconnaissance des mécanismes de création. Aller discuter avec un artiste ou un spécialiste ne peut qu’aider les individus qui pensent de la sorte. L’ouverture d’esprit permet souvent de mieux comprendre le monde et les êtres qui le composent.



8. C’est fait pour les personnes qui ont des goûts douteux

L’art contemporain, c’est laid, ce n’est pas beau et c’est n’importe quoi. Disons que les goûts et les couleurs ne se discutent pas… Rappelons également qu’il n’existe pas un seul type d’art mais bien des possibilités infinies de création. La richesse du marché de l’art contemporain provient d’ailleurs en grande partie de sa diversité et de son incapacité à se définir à travers une multitude d’œuvres, de courants et de styles.



9. Ce n’est pas vraiment de l’art

L’art contemporain ne sert à rien, et ce n’est pas vraiment de l’art, il pervertit les œuvres historiques et séculaires, les artistes contemporains sont des provocateurs illuminés et n’ont aucun but précis... Ce scepticisme et cette vision utilitariste de l’art vont forcément à l’encontre de la conception par essence indéfinissable de son objet. Qu’est-ce qui est beau, quel est le but de l’art? À vos copies, vous avez trois heures!



10. La vente en ligne est dangereuse

Il faut voir de ses yeux une œuvre d’art avant de l’acheter. Non, pas forcément. Nombre de collectionneurs ont déjà pour habitude d’acheter des créations sur catalogue ou sur Internet. Près de 70% d’entre eux l’affirment. Dans ce cas, l’essentiel est de s’assurer d’avoir affaire à une plateforme fiable et à de vrais professionnels. Vous visitez actuellement le site Artalistic, c’est un excellent début. Merci de nous faire confiance !



L’équipe d’Artalistic et ses experts en investissement et en art contemporain se tiennent à votre entière disposition. Si vous souhaitez vendre vos créations ou acquérir des œuvres d’art, n’hésitez pas à prendre contact avec nous, nous vous répondrons dans les plus brefs délais. Merci et à bientôt pour de nouvelles actualités liées à la sphère de l’art contemporain!